Article paru dans le Sud-Ouest du vendredi 11 juin 1999, à propos de l'ouverture d'une section génie mécanique à Mourenx :



ENSEIGNEMENT TECHNOLOGIQUE

La guerre des lycées

Le projet d'ouverture d'une section génie mécanique au lycée de Mourenx fait réagir les Souletins, qui y voient une concurrence directe pour leur lycée de Chéraute. Mourenx conteste


Lycée du Pays de Soule

Le Lycée du Pays de Soule à Chéraute avec ses géants de pierre.
Fragile malgré tout ?
(photo Marcel Bedaxagar)


MARCEL BEDAXAGAR

    « Nous demandons aux instances académiques et régionales de bâtir un schéma de développement de l'offre de formation qui veille à assurer la complémentarité entre des territoires et établissements voisins » : la motion votée à l'unanimité mardi soir par les élus du syndicat intercantonal du Pays de Soule, également signé par le GIS (Groupement des Industriels de Soule), la FCPE de Mauléon, les sections locales des syndicats d'enseignants du SNES et du SGEN traduit une inquiétude certaine.

    «Mourenx voudrait ouvrir une section génie mécanique dès la rentrée prochaine. Une section sensiblement identique à celle qui est ouverte au lycée du Pays de Soule à Chéraute, a expliqué le président Quéheille, il est évident que si cela se faisait, les deux établissements chasseraient sur les mêmes terres de recrutement et cette concurrence pourrait être fatale à notre lycée.».

COLERE DE DAVID HABIB

    Des précédents sont cités, qui ont effectivement affaibli le lycée de Chéraute. L'ouverture de sections générales à Saint-Jean-Pied-de-Port, puis un BTS microtechniques au lycée de Sarlat, qui enleva à la Soule, seule a dispenser cet enseignement en Aquitaine jusque-là, ses étudiants de la région bordelaise, ont fragilisé le recrutement. Aussi est-on passé d'un maximum de 440 élèves en 1994 à 342 en 1998. D'où la crainte des Souletins, qui avancent que lors de cette dernière rentrée, vingt-huit élèves provenaient d'établissements proches de Mourenx. Crainte injustifiée, disent de leur côté les Mourenxois, qui n'apprécient pas le procès qui leur est fait. Pas du tout même pour leur maire

David Habib : «Les élus souletins sont des nuls, le proviseur du lycée aussi ! s'exclame-t-il, notre projet n'est en rien concurrentiel à celui de la Soule, puisque nous voulons faire du génie mécanique, alors que Chéraute fait de l'électronique et de la microtechnique. Lors d'une réunion qui s'est tenue à l'Hôtel de Région le 14 avril, le secrétaire général du rectorat, M. Blanc, a confirmé qu'il voudrait ouvrir cette section demandée par la profession et qu'il n'y avait pas de problème de concurrence avec Chéraute. En plus, il n'y a qu'un seul élève des collèges de la zone de Mourenx qui est allé à Chéraute cette année. »

«COUSINS GERMAINS»

    Guerre des chiffres ? Vérification faite, David Habib se base uniquement sur les collèges de Monein, Artix et Mourenx. Les souletins, eux, évoquent tous les collèges publics et privés de la zone : Orthez, Arthez, Salies, Navarrenx, Monein et Mourenx, qui seraient plus facilement attirés par la Ville Nouvelle. Car, pour le proviseur du Lycée Polyvalent du Pays de Soule, la concurrence est flagrante : « Pour des parents dont les élèves arrivent en fin de troisième, génie mécanique et microtechniques sont cousins germains, et la seconde TSA productique du projet Mourenxois est la même que celle que nous avons», ironise Michel Videau.

    «Ici, avec la microtechnique, nous avons voulu avoir une formation originale, qui n'existait pas ailleurs. Pourquoi ne fait-on pas de même à Mourenx ?». Pour les signataires de la motion, « il faut que les autorités de tutelle veillent d'abord à remplir les sections déjà ouvertes avant d'en créer des nouvelles.»

    Message adressé au rectorat qui décide, mais aussi à la Region qui finance. La balle est dans leur camp.




Sommaire de la revue de presse